Le triste destin de Drakan

La première version de ce texte a été rédigée vers mai 2006. J'ai voulu l'écrire après avoir lu une version complète de l'histoire de Mohan, capturée dans la nature, ancêtre de tous les tigres blancs vivant en captivité aujourd'hui. Cette nouvelle est donc un texte pour dénoncer la cupidité des hommes. La version que vous allez lire, la deuxième car j'ai perdu la première, date de l'été 2007.

 

 

C'était une jungle calme parmi d'autres, dans le centre de l'Inde. La tigresse qui veillait sur ce territoire s'occupait avec amour de son dernier-né. Le tigreau, déjà âgé de quelques mois, avait un beau pelage blanc rayé de noir et des yeux bleus. On l'appelais Drakan. En ce jour, le petit tigre suivait sa mère pour assister à une de ses premières leçons de chasse. La tigresse fit signe à son petit de ne plus bouger, de ne plus faire aucun bruit. Elle commença à s'approcher du cerf, lentement, silencieusement. Drakan l'observait attentivement. Arrivée à une vingtaine de mètres du cerf, elle attaqua. Quelques bonds suffirent à la tigresse pour rattraper sa proie et la maîtriser. Une simple morsure à la gorge acheva le cerf.

 

Bien des mois passèrent. Drakan était un jeune tigre adolescent. Ses rayures noires contrastaient magnifiquement sur son pelage blanc et son regard d'azur était splendide. Un tigre blanc parmi les plus beaux. Ce fier jeune mâle n'était toutefois pas encore prêt à vivre seul. Ses muscles puissants ne se détendaient pas assez rapidement et, quand il tenait une proie entre ses griffes acérées, il hésitait souvent trop longtemps à porter le coup fatal. C'était encore un piètre chasseur sans expérience. Aussi vivait-il encore avec sa mère et parcourait la forêt en sa compagnie ce jour là. Ils s'allongèrent côte à côte, mère et fils, tranquilles. Quand soudain une odeur étrange et inquiétante leur parvint. Premier coup de feu. La tigresse se leva et partit en courant, suivie de près par Drakan. Le deuxième coup de feu interrompit la course de la tigresse. Elle s'effondra. Le jeune tigre se retourna et la vit, inerte. Il se pencha sur le corps de sa mère en gémissant de tristesse. Un filet pour l'emprisonner, un coup pour l'assommer. A son réveil, Drakan se trouvait en cage.

 

Drakan gémissait à longueur de journées. Orphelin et prisonnier, le jeune tigre se laissait dépérir. Il refusait la nourriture que lui donnaient les braconniers et ne buvait pas non plus. Il ne rêvait que d'une chose : bondir sur ses geôliers, les tuer et s'enfuir ! Voyant Drakan dépérir, les braconniers eurent une discussion :

- Cette saleté de tigre ne mange rien !

- C'est un blanc quand même !

- Faudrait le refiler vite avant qu'il soit trop maigre

- J'irais en ville demain.

- Sale boulot !

- Tu l'as dit ! Ces bestioles nous causent que des ennuis !

- Mais ça vaut cher

- Ouais, vaut mieux !

 

Dès le lendemain matin, Drakan fut conduit chez le marchand d'animaux pour qui travaillaient les braconniers. Un tigre blanc. Il était content, ça vaut une petite fortune. La cage fut emportée à la boutique et le jeune fauve fut placé entre une panthère et un loup. Drakan ne put que rugir de colère.

 

Drakan détestait le marchand. Si les pattes du jeune tigre blanc avaient put passer à travers les barreaux de sa cage, son geôlier serait blessé depuis longtemps. L'homme prenait plaisir à torturer les fauves qu'il vendait jusqu'a les rendre fous ! Heureusement, enfin si je puis dire, son calvaire ne fut pas trop long. Drakan fut acheté par un cirque sans scrupules. Le jeune tigre ne mangeait toujours pas et maigrissait presque à vue d’œil. Mais même s'il ne vivait pas longtemps, un tigre blanc ça attirerait les visiteurs au cirque. Le pauvre Drakan fut exposé au regard des curieux, dans une cage minuscule. Mais le pire pour lui fut le dressage. Cette terrible épreuve. Le dompteur, cruel à souhait, faisait plier le tigre blanc sous les coups. Un jour, Drakan le griffa et le regretta amèrement. Il fut attaché et roué de coups. Il ne pouvait bouger, sinon la corde nouée autour de son cou l'étranglait. Le fauve devint un chaton craintif et obéissant. Il refusait toujours de se nourrir.

 

Drakan n'était plus guère qu'un squelette recouvert de fourrure blanche rayée de noir, un chaton au bien triste regard. Enfin la chance lui sourit cette nuit là. Un homme pénétra dans le camp des gens du cirque. Un homme suivi d'une tigresse. Il chuchota quelque chose à l'oreille de celle ci. Elle le regarda attentivement.

- Demain ils auront une sacrée surprise, n'est ce pas Kiara ?

L'homme et la tigresse se dirigèrent vers une roulotte. C'était celle de l'homme qui gardait les clefs des cages. Kiara tint l'humain en respect tandis que son maître l'assommait et prenait les clés. Drakan les observait. Ils vinrent vers lui. L'homme ouvrit sa cage et le fauve en sortit. Il était maigre, faible, blessé par les coups et les humiliations subis. Mais dans ses yeux d'azur brillait une flamme nouvelle. L'hommes et les tigres s'enfoncèrent dans la nuit.

 

L'homme et les tigres s'arrêtèrent dans la forêt. là se trouvait le campement. C'est à ce moment que Drakan découvrit que les voyages du cirque l'avait amené en Europe. Il faisait plus froid ici, mais son épaisse fourrure blanche le protégeait. Kiara devint son amie, sa compagne. La tigresse et son maître lui redonnèrent goût à la vie. Drakan redevint un fauve redoutable entre tous, un splendide animal au pelage blanc rayé de noir et aux yeux bleus. Il appréciait sa nouvelle vie, faites de voyages et de découvertes. En revanche, certains moments lui déplaisait. L'homme, Kiara et Drakan devaient parfois traverser des villes. Les tigres, menés par leur maître, exécutaient des tours, ce qui plaisait au gens, qui donnaient de l'argent. Mais certains payaient juste pour voir le tigre blanc. L'homme achetait ce dont ils avaient besoin puis ils repartaient. C'était ça le bonheur. Le vieil ermite et ses fauves, seuls, tranquilles, heureux loin de tout.

 

Les mois passèrent, calmes, heureux. Un beau matin, Drakan découvrit la neige. Il se pelotonna contre Kiara, inquiet par cette soudaine transformation de la campagne, recouverte par une chose blanche, froide et mouillée.

- N'ai pas peur Drakan, c'est juste de la neige.

L'homme sourit et caressa affectueusement le tigre. Rassuré, Drakan commença à jouer avec Kiara, sous le regard attendri de leur gardien. Quelques jours plus tard, ils pénétrèrent dans une ville ordinaire, mais en pleine effervescence.

- Nous ne resteront pas longtemps, il y'a un cirque ici.

Et dans un cirque, il y'a souvent des tigres. Quelle ne fut pas la surprise de Drakan ! et sa colère ; lors de la parade du cirque.

- Mon tigre ! Mon tigre et son voleur !

L'ancien dompteur de Drakan se trouvait là. Il avait une nouvelle victime, un grand tigre roux, mais n'avait pas oublié le jeune fauve blanc.

- Fuyez ! Kiara ! Drakan ! Fuyez !

Le vieil ermite l'avait aperçu au dernier moment, il n'avait pu qu'essayer de sauver ses tigres. Ils entendirent le coup de feu, mais les fauves ne se retournèrent pas. Ils ne virent pas leur maître s'effondrer dans un dernier râle d'agonie.

 

Drakan et Kiara ne cessèrent de courir qu'a la nuit tombée, à bout de forces. Ne sachant comment, ils se retrouvèrent au matin en cage. Le dompteur les avait retrouvés durant la nuit.

- Je ne peut pas me permettre d'avoir d'autres tigres, mais je vais me venger de toi ! cria-t-il en désignant Drakan.

Un sourd grognement monta dans la gorge du fauve.

 

Les deux tigres furent vendus à un homme qui portait un fusil. Ils furent lâchés dans un enclos. La situation était louche : des relents de mort flottaient dans l'air. L'homme au fusil pénétra dans l'enclos. Il pointa son arme sur Kiara. Elle voulut s'enfuir mais tomba sur le flan. Drakan se pencha en gémissant sur sa compagne. Pas un mouvement, pas un souffle. Ivre de rage, rendu fou par sa tristesse, le grand tigre blanc bondit sur l'homme. Un coup de crosse le stoppa dans son élan. Le sang commença à perler au coin de la gueule du fauve. Son pelage immaculé se tacha de rouge. Un coup de feu scella son destin.

Le triste destin de Drakan.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site