Les enfants de Steffengarl

Ils sont quatre amis sont promis à un grand avenir. Une destinée dont le commencement est étroitement lié au nom maudit de Steffengarl. Cela va plus loin même. Mais ce ne sont encore que des enfants, et tout cela, ils leur reste à l'apprendre . . .

" Les enfants de Steffengarl ", écrite durant l'été 2012, mais basé sur un premier récit datant de 2008, est une des histoires datant de la 2ème partie du cycle " Terre Féline ", qui se déroule pendant et juste après la Grande Guerre ( 28ème siècle ). D'autres personnages cités ici ( Saphire, Shondra, Framy, Jenna et les autres rebelles, . . . ) auront plus tard aussi leur histoire.



Je connais Ellie depuis qu’elle est née. C’est une belle petite chatte noire et blanche, née à la fin du printemps de l’an 2751. Elle a toujours été pleine de vie et curieuse du monde. Ses grands yeux verts ne rataient aucun détail. Il ne lui manquait en ce monde qu’une seule chose : un père. Oh, elle en avait un ! Il s’appelait Midnight, prince du sang du royaume de Félinelleville, et ce majestueux chat noir au regard vert pâle occupait de plus de grandes fonctions dans le gouvernement dirigé par sa tante, la reine Toinette. C’était à l’époque où le royaume était encore divisé en deux parties. Toinette dirigeait le Nord, tandis que le Sud était sous la responsabilité d’un autre de ses neveux, Pacha. Pacha avait accédé au trône très jeune, en raison de la mort prématurée de son père lors de la Grande Guerre qui déchira le monde durant presque tout le XXVIIIème siècle. Ellie était sa petite sœur, née des années après le décès du père de Pacha. Officiellement Ellie n’était princesse que de nom, pas de sang, car sa mère n’appartenait pas à la lignée royale. Les origines de Saphire étaient inconnues de tous. Tous s’étaient étonnés à l’époque du choix du prince héritier : une roturière aux origines obscures, sans mère, et de plus de nationalité Félysienne, même pas Félinelloise ! Car le père de Saphire était un chat du lointain du royaume de Felys, ces félins qui maîtrisaient les éléments, et d’ailleurs Saphire était sans égal dans la maîtrise de l’eau. Elle avait transmit ce don à Ellie. Elle s’en occupait avec amour, mais n’avait pu lui dévoiler l’identité de son père. Moi seul connaissait le secret de mon amie Saphire : elle avait aimé ce mâle noir de presque vingt ans son cadet, qui pour des raisons politique n’avait jamais pu épouser la veuve de feu son cousin malgré leur amour, et de leur union était née la petite Ellie. La jeune chatte ressemblait beaucoup à Midnight par le physique, mais son tempérament était celui de Saphire. Et surtout, elle aussi possédait le don.

Lorsqu’Ellie eu huit ans se produisit le premier évènement qui allait l’entraîner dans le grand tournant de son existence. Agée de déjà cinquante et un ans et retirée des affaires politiques du pays, Saphire possédait un manoir où elle vivait tranquille avec sa fille. Celui-ci était situé non loin du palais de sa grande amie Minia, duchesse de la province d’Indonésie. Minia et son fils Framy s’occupaient depuis déjà quelques années d’un programme destiné à placer dans des familles d’accueil les enfants orphelins à cause de la guerre ou que leurs parents préféraient voir en sécurité loin des zones de conflits. Cette année là, Minia demanda à Saphire d’accueillir un jeune félin très particulier. La duchesse savait que Saphire était la plus apte à s’en occuper et que l’adolescent s’entendrait sans doute bien avec Ellie, car lui aussi possédait le don. Les seules capables de lui enseigner la maîtrise de son pouvoir étaient Saphire et sa protégée, une panthère nébuleuse du nom de Shondra. Ranyerog, le roi du peuple Errant, restait neutre dans la guerre, mais tourmentait les siens. Nombre de rebelles à sa tyrannie subissaient sa colère de façon cruelle. Il avait banni sa propre fille parce qu’elle s’était opposée à lui, non sans l’avoir auparavant marquée d’indélébiles blessures autant physiques que mentales, mais ça, c’est une autre histoire. Shondra se trouvait donc chez Saphire, et elle était d’accord pour accueillir le jeune Errant, donc elle connaissait d’ailleurs les parents, la chamane du clan des lynx boréaux et un guerrier influent. Le petit lynx s’appelait Durnak et il avait tout juste onze ans. Déjà par sa naissance, il constituait quelque chose de très rare. En premier lieu, il était fils d’une chamane Errante, le deuxième seulement de toute l’histoire de notre peuple. Le premier, c’était moi, Otshak, le lynx blanc, Celui qui Est, et tous les félins savent quel grand destin fut le mien. L’autre particularité de Durnak, c’était qu’au moment de sa venue au monde se produisait une éclipse de Lune, à laquelle il devait d’ailleurs son nom, qui signifiait « éclipse » dans l’ancien dialecte des dragons. Ce jeune lynx était doté de grands pouvoirs, tout comme la petite Ellie.
En quelques mois, Ellie et Durnak étaient devenus inséparables. Ellie la solitaire et Durnak l’exilé retrouvaient ensemble leur joie de vivre. L’insouciance de l’enfance est une des plus belles choses au monde. Il est dommage qu’elle dure si peu de temps . .



Ellie avait dix ans lorsque Stanilas arriva au manoir.  Durnak, alors un adolescent de treize ans, commença par se méfier du nouvel arrivant. On ne touchait pas à son Ellie . . . Mais quand il s’aperçut que l’autre jeune félin ne porterait aucune atteinte à l’amitié existant entre lui et la chatte, le lynx commença à se rapprocher de l’autre réfugié.  Stanilas venait de Caniville, où il faisait partie de la communauté féline de la capitale, Donovra. Ses parents faisaient partie des rebelles dirigés par la louve Jenna, dont l’histoire mouvementée mériterait aussi d’être racontée un jour. Avec l’aide de Sarenak, le jaguar blanc, un des quelques Errants engagés dans la résistance, Stanilas et d’autres jeunes dont les parents avaient été tués par la milice du gouvernement avaient pu gagner Félinelleville. Stanilas avait un profond respect pour Sarenak, c’était son idole. Il l’admirait d’autant plus qu’ils avaient un point commun : leur couleur. Comme Sarenak, Stanilas était un félin blanc, à ceci près qu’il n’était pas un jaguar mais un tigre.

Son arrivée coïncida avec une autre étape importante dans la vie d’Ellie : la découverte de son don.

 

-          Ellie, plus de souplesse ! Rares sont les êtres aussi souples que nous autres félins, notre art du combat exploite donc cette capacité. Regarde comme Durnak se débrouille bien !

-          Mais Shondra, vous êtes Errants tous les deux, vous avez commencé à vous entraîner tout chaton !

-          Et alors ? Tu es encore jeune, tu peux vite nous rattraper, on apprend vite à ton âge. Et tu es une chatte, ton corps est encore plus taillé pour ces mouvements tout en finesse que celui, plus massif, de ton ami lynx.

Shondra, la panthère nébuleuse qui entraînait les jeunes félins, était en effet une Errante entraînée depuis son plus jeune âge aux meilleurs techniques de combat de son peuple, et ce avec plusieurs moyens : ses armes naturelles les griffes et les crocs, l’arc, la dague, le poignard, mais aussi le célèbre sabre Errant. Chaque exemplaire était unique, destiné à un seul guerrier, et Shondra conservait précieusement le sien, bien qu’elle ne s’en serve plus sur cette île paisible de Bornéo. En attendant, elle continuait de pratiquer son art en l’enseignant aux deux adolescents.  Durnak montrait déjà d’indéniables talents de combattant et avait profité de l’instruction de son père dans ce domaine avant de devoir se réfugier ici à cause de la guerre. Ellie était encore novice et ne voyait pas grand intérêt à cet apprentissage.

-          Mais Shondra, à quoi bon apprendre tout cela ?

-          Pour savoir te défendre. Tu es princesse Ellie, et ton appartenance à la famille royale de Félinelleville constitue déjà en soi une menace. Il y en aura toujours pour en vouloir à ta vie.

-          Mais je ne suis pas en ligne pour la succession, je n’ai aucun intérêt politique ! Pourquoi alors ? Je ne veux pas apprendre à me battre, je suis une chatte pacifique !

-          Ellie, ta mère m’a demandé . . .

La petite chatte noire et blanche est tellement tendue en raison de son énervement qu’elle sort les griffes sans s’en rendre compte.

-          Je refuse !

D’un ample geste, elle griffe l’air devant elle. Une légère lueur bleutée semble à cet instant irradier de sa main. Et à sa grande surprise Shondra se retrouve . . . trempée ! Une vague sortie du bassin tout proche vient de la frapper de plein fouet. Shondra et Durnak observent tous deux Ellie avec des yeux écarquillés.

-          Ellie, murmure Durenak, tu viens . . . de faire de la magie !

-          Quoi !

-          Si, c’est toi qui a déplacé toute cette eau !

Alertée par le bruit, Saphire, la mère d’Ellie, arrive de sa démarche particulière marquée par un éternel boitillement. La longue queue noire en panache de la chatte écaille et blanc commence à remuer nerveusement lorsqu’elle voit la scène. Son regard vert émeraude se pose sur sa fille. On y lit son inquiétude.

-          Ellie . . .

Saphire se penche, prend la petite dans ses bras.

-          Ainsi donc tu as hérité du don . . .

-          Maman, qu’est ce que ce « don » ?

-          Tu es une magicienne, Ellie.

-          Mais . . . comment ? Les félinellois ont perdu cette capacité depuis des dizaines de générations !

Pour toute réponse, Saphire repose Ellie, s’approche du bassin. D’un ample geste des bras, elle soulève une gerbe d’eau. Lorsqu’elle rabaisse ses mains, le bassin retrouve son calme.

-          Tu as oublié, ma chérie, que ta mère n’était pas félinelloise. Et je suis probablement la féline la plus puissante de ma génération en maîtrise de l’eau. C’est mon élément de prédilection, et sans doute aussi le tiens, si j’en juge des évènements qui viennent de se produire.

Ellie, conformément à son souhait, abandonna donc l’apprentissage du combat, mais pour se consacrer à la maîtrise de son pouvoir. Elle resta au début en compagnie de sa mère afin de tempérer son don balbutiant, dont les actions pouvaient être parfois imprévisibles sous l’effet de l’émotion. Ayant hérité de la part de chat du lointain en Saphire, Ellie, comme tous les félins de ce peuple, possédait une maîtrise accrue de son élément de prédilection, dans son cas l’eau. Pour le reste, elle continua son apprentissage aux côté de Shondra et Durnak, eux aussi doués du don, comme la grande majorité des Errants, mais pas aussi puissants en maîtrise élémentale que des chats du lointain.

 

Le jour où Stanilas parcouru la première fois la grande allée de Saphire à Bornéo, Ellie était en train de jouer avec des sphères d’eau près des bassins. Elle maîtrisait de mieux en mieux son don, commençait à bien manipuler l’eau et connaissait aussi maintenant quelques autres tours. Durnak lui avait ainsi apprit un sortilège d’invisibilité très pratique aux deux adolescents pour se dissimuler après avoir commis quelque méfait dans les couloirs du manoir . . . En ce jour donc, Ellie faisait tournoyer ses sphères d’eau au dessus de l’allée, et tentait de reproduire le sort que Shondra lui avait montré pour teinter les sphères de lumières colorées, mais n’y parvenait pas encore. Elle était si bien concentrée qu’elle n’avait pas remarqué Shondra qui accompagnait le jeune tigre blanc, bien qu’on ait prévenu la princesse félinelloise qu’il y aurait un nouveau pensionnaire à partir de cet après-midi.

-          Ellie, Durnak ! appela la panthère nébuleuse, venez saluer votre nouveau camarade Stanilas !

Ellie n’entendit rien et continuait de faire tournoyer ses sphères d’eau. Durnak y vit l’occasion de jouer un bon tour à leur professeur. Le jeune lynx bondit sur son amie, qui sur le coup de la surprise lâcha tout. N’étant plus tenues en l’air par la force mentale de la petite chatte, les sphères retombèrent en pluie . . . et une nouvelle fois Shondra se retrouva trempée !

-          Oh ! Shondra ! Excuse moi ! s’écria Ellie.

Puis elle, Durnak et Stanilas, le nouveau venu, aperçurent alors l’expression agacée de la panthère nébuleuse sous son pelage mouillé. C’était tellement drôle ! La chatte, le lynx et le tigre éclatèrent de rire. Le duo devenait trio.


 

Le duo était devenu trio . . . mais c'est un quatuor que la légende retiendra sous le nom des enfants de Steffengarl. Comment le trio est-il devenu quatuor ? C'est une histoire d'amitié et de courage comme on n'en connaît plus tellement de nos jours. Pour les jeunes félins, ce fut l'aventure de leur vie, à la fois effrayante et tellement palpitante ! Et puis même on se rappellera d'eux comme des enfants, en fin de compte ils étaient déjà à l'époque des adolescents. Et ne dit-on pas que la folie est une des caractéristiques de la jeunesse ? Leur entreprise était folle, cela, c'était certain. Impossible aurait jugé certains. Pourtant, ils l'ont fait.

 

Stanilas, le jeune tigre blanc, était déjà arrivé depuis plusieurs mois. Le temps avait passé, les félins continuaient de grandir. Ellie avait maintenant onze ans, Stanilas treize et Durnak, le plus âgé de la bande, quatorze. Encore une année, et le lynx serait majeur selon la loi de son peuple, libre de choisir sa voie et, s'il le désirait, d'apprendre à manier le fameux sabre Errant. En attendant, bien qu'il n'apprécie guère que Stanilas lui vole une partie de l'attention de sa chère amie la princesse Ellie, Durnak passait son temps en compagnie de ces deux derniers.

Le trio toutefois n'était pas parfaitement heureux, en particulier son membre le plus récent. Car Stanilas avait laissé son meilleur ami derrière lui. L'un était blanc, l'autre noir, l'un tigre, l'autre léopard. Stanilas et Jack. Ils avaient grandit ensemble, s'étaient promis lorsque le départ s'était avéré inévitable de partir ensemble. Mais Jack avait été capturé. Stanilas était parti seul, le chagrin au cœur. Où était son ami désormais ? On l'avait probablement envoyé là où finissaient tous les félins rebelles capturés vivants : dans l'enfer de la mine de Steffengarl.

 

Ellie et Durnak, habitués du manoir depuis déjà longtemps, étaient parvenus à fouiller sans se faire prendre dans les archives. La reine-mère Saphire devait en effet au départ accueillir Jack en même temps que Stanilas, mais le léopard noir avait été capturé par la milice canivilloise en même temps que ses parents, des rebelles notoires, et envoyé à Steffengarl. Ses parents, eux, avaient été impitoyablement exécutés dès le lendemain . . .

Après plusieurs semaines de préparation, les trois jeunes félins étaient prêts. Ils savaient où était Jack, Ellie s'était procuré des plans d'accès à la mine, et un bateau devait partir pour Caniville cette nuit même, La petite chatte et ses amis s'y embarquèrent clandestinement. Shondra remarquerait leur disparition tôt le lendemain matin et donnerait aussitôt l'alerte, mais trop tard. Ils étaient déjà loin.

 

Comment parvinrent-ils à rejoindre Steffengarl et à y entrer ? Ce fut un mélange d'audace et de chance. Car ils rencontrèrent là-bas . . . mais qui donc, me direz-vous ? Je vous le donne en mille . . . Personne d'autre que le jaguar blanc Sarenak, l'idole de Stanilas et un des plus importants rebelles du pays ! Il était réticent à laisser les trois adolescents pénétrer dans cet enfer mais, finalement, en échange de l'aide de ces félins plus petits, plus aptes à se faufiler, il consentit à les aider.

Sarenak et les adolescents entrèrent dans la mine, Ils passaient inaperçu pour le moment, Arrivés près de la salle des archives, Sarenak tapa quelques coups contre la cloison selon un rythme semble-t-il bien défini. Avec surprise, les jeunes félins virent alors arriver un grand loup noir. Le jaguar blanc sourit.

       -    Content de te revoir, Shaân

-    Le plaisir vaut aussi pour moi, Sarenak. Mais qui sont ces enfants qui te suivent ?

Ils étaient repérés ! Ils étaient fichus ! Le loup portait l'uniforme des gardiens de Steffengarl !

       -    Ne t'inquiète pas, Shaân, ce sont des . . . associés

-    Et bien dans ce cas, suivez-moi. Le tunnel est prêt. Je doutais que tu parviennes à revenir avec tous les documents, vu ta taille, vieux frère, mais avec nos jeunes acolytes, le souci n'est plus là. Était-il toutefois nécessaire d'impliquer des enfants ?

-    Je suis tombé dessus en arrivant. Ils veulent libérer un de leurs amis. Je ne suis pour rien dans leur présence ici.

-    Dans ce cas, d'accord.

Puis le loup noir dénommé Shaân s'arrêta, vérifia que personne n'était alentours.

       -    Je vais vous laisser. Bonne chance !

Puis il partit sans rien ajouter.

 

La mission accomplie, ils demanderaient à Sarenak comment celui-ci connaissait Shaân, un gardien de Steffengarl. Le jaguar leur apprendrait alors que le grand loup était en réalité un rebelle infiltré, qui avait réussi à se faire engager ici parce qu'il était auparavant un des meilleurs policiers de Donovra, la capitale. Mais n'acceptant pas les excès du nouveau régime, il avait rejoint la cause des rebelles et les aidait de son mieux. Cette mission était d'une importance capitale.

Ellie puis Durnak, les plus petits, se faufilèrent dans le tunnel. Personne dans la salle des archives, ouf ! Ils suivirent les indications de Sarenak. Le jaguar blanc leur avait bien précisé de chercher le dossier contenant les plans de la mine ainsi que tout ce qui pourrait renseigner les rebelles sur les potentielles défenses de Steffengarl. Avec ces informations, les rebelles espéraient enfin en terminer avec cet enfer où tant d'opposants au régime tyrannique de Kaltuk finissaient par mourir d'épuisement. Ils purent bientôt remettre ces dossiers au jaguar blanc qui, ils le savaient, en ferait bon usage.

      -    Maintenant, conclut Sarenak, nous devons trouver votre ami et le libérer.

 

 



partie 4 à venir . . .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site