15 - Le prix à payer

Lune Bleue dormait paisiblement au soleil. Nous arrivions presque à l’automne. Elle n’avait toujours pas de petits. Non, décidément, ce ne serait pas pour cette année. Pourtant, ce n’était pas faute d’avoir essayé ! Trois fois depuis la fin de l’hiver précédent cette chaleur quasiment fiévreuse l’avait envahie. Ambre Vif, son compagnon, était présent à chaque fois. Ils avaient écouté la nature et leurs instincts. Le jeune couple avait espéré. Le résultat n’était pas là. Ah ! Que Lune Bleue enviait Nuit Sans Lune ! La panthère noire, sœur d’Ambre Vif, était d’une année sa cadette et pourtant déjà mère. La petite ombre à la fourrure sombre était née au début du printemps, près de six mois auparavant. Lune Bleue l’observait avec une tendresse maternelle mêlée de jalousie. Cette petite n’était pas la sienne. Lune Bleue n’avait pas de petits. La panthère des neiges au pelage bleuté allait sur ses six ans et commençait à se demander ce qui pouvait bien clocher chez elle . . .

 

-          Tonton ? Tu viendras jouer avec moi quand Maman aura fini ?

-          Peut être bien, Ombre.

Ambre Vif regardait d’un air joyeux sa nièce, Ombre, qui avait maintenant six mois. Deux saisons. La moitié d’une année. Déjà ! Nuit Sans Lune, sœur jumelle d’Ambre Vif et heureuse maman de la petite, avait elle fêté ses cinq ans au printemps. Elle toilettait sa fille, ce qui agaçait quelque peu cette dernière, qui à cet âge ne pensait encore qu’à jouer.

Mère et fille possédaient le même pelage sombre, couleur de nuit sans lune, cette teinte qui entre toutes se fondait le mieux dans l’ombre. Leur regard était différent toutefois. Les yeux de Nuit Sans Lune étaient d’un jaune brillant, pareils à ceux de son défunt père Pelage de Nuit, dont elle par ailleurs physiquement une copie quasi conforme. Nuit Sans Lune avait toujours était proche de son père. Apprendre à son retour qu’il était mort l’avait profondément affectée. Juste après ce qui lui avait fait le père d’Ombre . . . Dès lors qu’il avait su que Nuit Sans Lune attendait un petit, le comportement de Bandit, le mâle noir nomade, était devenu étrange. Moins d’une lune plus tard, il avait disparu. Nuit Sans Lune s’était alors mis en devoir de rentrer sur ses terres natales. Elle avait entamé le voyage de retour depuis la jungle et avait retrouvé la taïga qui l’avait vue naître, ainsi que les deux félines qui l’agaçaient profondément : Lune Bleue, devenue entre temps la compagne d’Ambre Vif, et Griffe d’Argent . . . Ombre possédait le regard d’un or profond de sa grand-mère. Ce doré soutenu la désignait comme appartenant à la lignée de la grande Flamme et de sa fille Griffe d’Argent. Nuit Sans Lune était née de Griffe d’Argent. Elle l’aimait, mais elle n’avait jamais développé avec sa mère ce genre de lien filial indestructible dont on avait pu lui parler. Elles ne s’étaient jamais comprises.

 

-          Mamie !

-          Salut, ma petite Ombre !

-          Tu sais, je suis prête à prendre ma revanche pour hier . . . Tonton et toi m’avez battue, mais aujourd’hui il n’est pas là !

-          Essaye toujours . . . propose Griffe d’Argent, un éclat de malice dans le regard.

Nuit Sans Lune les laisse faire, même si elle s’en serait volontiers passée ! Mais sa fille apprécie ces moments, alors elle ne peut s’empêcher d’esquisser un léger, très léger, sourire.

Ombre bondit sur sa grand-mère. Griffe d’Argent esquive habilement sa petite-fille. La jeune panthère repasse à l’attaque. Cette fois-ci l’assaut est plus rapide et Griffe d’Argent, qui a tout de même neuf ans et deux saisons, se montre un peu moins vive. Elle est toujours assez jeune. En Vaalbara un félin de son âge peut encore espérer vivre quinze à vingt ans, parfois un peu plus. Toutefois, la femelle n’est plus aussi fougueuse qu’à deux ou trois ans. Ombre parvient à déséquilibrer le temps d’un instant Griffe d’Argent. L’adulte pourrait aisément rester campée sur ses pattes, mais c’est un jeu et pour faire plaisir à Ombre se laisse tomber. Ni une ni deux, la petite profite de l’occasion. Les deux panthères se lancent dans une joyeuse bagarre.

Elles sont interrompues par l’arrivée de Lune Bleue. Nuit Sans Lune redresse la tête, Griffe d’Argent et Ombre cessent leur jeu. La panthère des neiges au pelage bleuté affiche une expression paniquée.

-          Ambre Vif ! Ambre Vif a disparu !

-          Quoi ! s’exclama Griffe d’Argent. Disparu ! Comment ça ?

-          Il est parti chasser hier soir. Il n’est pas rentré cette nuit, j’ai pensé qu’il était sur les traces d’une proie. Mais le jour s’est levé, le soleil est maintenant presque à son zénith, et il n’est toujours pas rentré . . .

-          Ce n’est pas normal Lune Bleue, je te l’accorde. Mon frère n’est pas du genre à disparaître ainsi sans prévenir personne, dit Nuit Sans Lune.

Ombre adressa un regard interrogateur et inquiet à ses aînées. Elle était très proche d’Ambre Vif, son oncle et le mâle qui dans son cœur remplaçait un père qu’elle n’avait jamais connu. Si jamais il devait lui arriver malheur et qu’elle ne puisse plus s’en occuper, Nuit Sans Lune n’aurait pas hésité une seconde à confier sa fille à son frère. Ambre Vif était un félin au caractère constant, très aimant avec sa famille. Il ne serait jamais parti sans prévenir Lune Bleue, sa compagne adorée.

-          Lune Bleue, tu sais quelle chemin Ambre Vif a prit en partant de votre tanière ? demanda Griffe d’Argent.

-          Oui. Je serais capable de suivre sa piste.

-          Lune Bleue, Nuit Sans Lune, partez à sa recherche. Je m’occupe d’Ombre. Nous allons chercher Eclair Brûlant et vous l’envoyer. D’en haut il repèrera peut être plus aisément Ambre Vif.

-          C’est d’accord, Maman. Prête, Lune Bleue ?

-          Suis-moi, Nuit Sans Lune !

Malgré leur inimitié, les deux jeunes félines partirent immédiatement, unies toutes deux par la profonde affection qui les lie à Ambre Vif : celle d’une sœur pour Nuit Sans Lune, d’une compagne pour Lune Bleue.

Griffe d’Argent les regarda s’enfoncer dans la forêt. Il faudrait plusieurs heures avant qu’elle trouve Eclair Brûlant. Elle espérait qu’Ambre Vif serait retrouvé avant. Elle ne supporterait pas de perdre un autre fils.

 

Lune Bleue et Nuit Sans Lune suivaient une piste bien trop facile à leur goût. A peu de distance, une fois pénétré dans la forêt, l’odeur de la proie d’Ambre Vif disparaissait. Des traces de lutte étaient visibles, et à partir de là la piste  était tachée du sang du jeune mâle panthère. Aux premières gouttent écarlates se mêlaient des touffes de poils arrachés, dont certaines d’une teinte gris fauve qu’elles ne reconnurent pas tout de suite. Elles guettaient désespérément l’éclat fauve et noir de la fourrure d’Ambre Vif, espérant encore le retrouver en vie.

Au bout de la piste se trouvait bien Ambre Vif. Il était conscient, ses yeux à la teinte d’un ambre auxquels il devait son nom écarquillés d’effarement et d’inquiétude. Il avait peur de mourir, on le lisait dans son regard, mais il craignait plus encore de perdre celles qui étaient venues le chercher. Il saignait abondamment et pouvait à peine encore bouger. Pourtant il aurait été prêt à se jeter dans la bataille si cela avait pu être utile à sa sœur et sa compagne. Il savait que cela ne servirait à rien. Elles étaient bien plus puissantes que lui.

Puis les deux félines virent leur ennemie, l’être qui avait tant meurtri le corps d’Ambre Vif. Elles se campèrent sur leurs pattes, en position d’attaque. Elles estimaient, à deux, avec leurs puissants dons, avoir une chance de vaincre leur adversaire. Elles activèrent leurs pouvoirs. Le regard de Lune Bleue devint d’un bleu glacé étincelant, celui de Nuit Sans Lune jaune brillant, à chaque fois sans pupilles, signe que la magie coulait pure dans leurs veines.

Face à elles se tenait une autre féline elle aussi prête à attaquer. Elles reconnurent avec surprise et effroi Nuage d’Orage, la femelle lynx près de laquelle elles avaient grandit. Lune Bleue avait été témoin de la transformation de Nuage d’Orage. Elle l’avait vue réduire Eclat de Lune à l’impuissance, tuer Pelage de Nuit.

Nuage d’Orage s’était toujours trouvée trop faible comparée aux grands félins. Meurtrie par la vie, elle avait été jusqu’à vendre son âme au Maître du Chaos afin de devenir puissante et décharger sa haine sur quelqu’un, la première à l’avoir blessée, même si involontairement, quand elles n’étaient qu’adolescentes : Griffe d’Argent. En voyant que ses adversaires n’étaient autres que la fille de Griffe d’Argent et la compagne de son fils, Nuage d’Orage eu un rire dément.

Ses yeux n’étaient plus que des sphères d’obscurité. C’était le regard de ceux qui ont si corrompu qu’ils ne sont plus du tout eux-mêmes. Leur volonté propre a disparu. L’âme détruite, le Maître du Chaos s’attaque ensuite au corps de ceux qu’il possède. Nuage d’Orage avait toujours été une femelle lynx de constitution assez frêle. Désormais elle était même si maigre qu’on pouvait lui compter les côtes. Son pelage gris fauve était sale et terne. Elle se négligeait, ne devait quasiment plus se nourrir. Le pouvoir noir auquel elle s’était soumis la rongeait petit à petit. Nuage d’orage n’en avait plus pour très longtemps à vivre.

Elle ne s’était pas attendue à cela. Elle ne voyait que sa vengeance. Elle avait oublié. C’était trop tard.

Il y a toujours un prix à payer.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site