16 - Duel de volonté

Ils étaient quatre félins au milieu des arbres et des rochers.

L’un ne faisait qu’assister, impuissant, aux évènements. A l’instar d’un nombre grandissant d’habitants de Vaalbara, il ignorait quel était son don, ou si seulement il en avait un. Il s’était fait surprendre. Il était blessé, à demi-mort, incapable de faire ne serait-ce qu’un mouvement. Il se savait simple appât. Ambre Vif, à la fois, s’en voulait et avait peur. Peur de mourir. Peur qu’elles meurent.

D’un côté se trouvaient les deux félines venues le chercher, prêtes à tout pour le récupérer. Nuit Sans Lune était sa sœur. Tous deux avaient toujours été très proches. La panthère noire possédait un don de télépathie très puissant. Elle lisait les pensées des autres, mais pouvait aussi influencer leurs esprits. Près d’elle se tenait Lune Bleue, la bien-aimée d’Ambre Vif. La panthère des neiges au pelage bleuté était une Féline des Lunes, pouvoir hérité de sa mère Eclat de Lune. Dire qu’il existait une certaine inimitié entre les deux jeunes félines était un euphémisme. Toutefois, si elles se trouvaient ici côte à côte, c’était en tant qu’équipe, unies dans un même élan, une même volonté de sauver un être qui leur était cher.

De l’autre côté, il y avait leur adversaire, privée de volonté, totalement manipulée, devenue la minable marionnette du Maître du Chaos. Il possédait son corps, avait corrompu son âme. Son noir pouvoir rendait Nuage d’Orage puissante, c’était certain, bien davantage qu’avec son simple don de téléportation. Le prix à payer toutefois était énorme. Aveuglée par son désir de vengeance, Nuage d’Orage s’était elle-même condamnée. On ne se sort pas vivant d’une possession par le Maître du Chaos. Cela ne s’était jamais vu dans toute la longue histoire de Vaalbara. Ses pattes soutenaient à peine encore la femelle lynx à la fourrure gris-fauve. Pourtant elle montrait les crocs.

Le combat commença.

 

La phase d’observation et d’intimidation avait prit fin. Il paraissait évident que personne ne céderait sans se battre.

Nuit Sans Lune et Lune Bleue s’élancèrent d’un seul mouvement, parfaitement coordonnées. Elles attaquèrent chacune Nuage d’Orage sur un flanc, toutes griffes dehors. C’était sans compter sur le don de téléportation de la femelle lynx. Il s’en fallut de peu que les deux jeunes félines ne se blessent entre elles. Elles comprirent rapidement qu’il ne servait à rien d’attaquer de front. Si Nuage d’Orage les voyait venir, elle se téléporterait plus loin. Ce combat serait remporté grâce à la ruse et à la magie.

Nuage d’Orage semblait s’être évaporée. Pourtant, elles percevaient encore sa présence. Elles prirent le risque de se séparer.

 

Nuit Sans Lune . . .

La panthère noire redressa les oreilles, encore plus aux aguets qu’elle ne l’était déjà . . .

Nuit Sans Lune, écoute-moi . . .

. . . mais la voix ne venait pas de la forêt alentours . . .

Nuit Sans Lune, ma chère Nuit Sans Lune . . .

. . . elle venait de l’intérieur de sa tête !

Nuit Sans Lune, je peux t’aider. Tu le sais . . .

La panthère noire ressentit une pression sur son esprit. Télépathe, elle était particulièrement réceptive aux pouvoirs mentaux. On essayait de prendre possession de ses pensées, de l’influencer. Pour le moment, elle résistait.

Je peux t’aider à te venger !

Puis soudain le paysage forestier fit place à d’autres choses. Ce fut d’abord une intense noirceur. Ensuite, les images commencèrent à défiler.

Nuit Sans Lune revit ses plus vieux souvenirs. Son frère, Ambre Vif, si proche. Son père, Pelage de Nuit, si aimant. Sa mère, Griffe d’Argent, si distante. Elle revit une Lune Bleue plus jeune, qui déjà retenait l’attention d’Ambre Vif, l’éloignait d’elle. Nuit Sans Lune revécu cette sensation de solitude, d’abandon. Elle revit son exil volontaire, sa recherche d’elle-même. Elle se rappela Bandit, le grand mâle panthère noir, celui qui fut son compagnon. De nouveau ces sentiments qui lui serrent le cœur ! Bandit l’avait abandonnée. Quelques jours après qu’elle lui eu annoncé qu’elle attendait  un petit, leur chaton, il avait disparu sans laisser de traces. Elle n’était revenue que pour découvrir que son père tant aimé était mort. Elle avait mis bas. Ombre. Sa fille. Une des plus belles choses qui lui soient jamais arrivées. Une fille sans père. Une fille qui ressemblait tant à sa grand-mère. Une fille qu’elle aimait mais ne comprenait pas. Nuit Sans Lune se laissa envahir par la solitude.

Totalement déstabilisée, elle ne parvint pas à esquiver l’attaque de Nuage d’Orage.

 

Lune Bleue entend un rugissement de douleur. Elle reconnaît la voix de Nuit Sans Lune et se précipite.

La panthère des neiges arrive bientôt sur les lieux.

Nuit Sans Lune gisait sur le sol, quasiment inerte. Elle arborait au poitrail une affreuse blessure. L’une de ses pattes arrière, vu l’angle anormal de la hanche, devait être déboitée. Le sang coulait, bien trop abondamment. La respiration de la panthère noire se faisait sifflante, et une écume sanglante se formait au niveau de son museau. Elle était peut être dans un plus mauvais état encore qu’Ambre Vif. Frère et sœur n’étaient pas loin de la ligne. Ils ne devaient surtout pas la franchir ! Pas maintenant ! Pas si jeunes ! Nuit Sans Lune avait une fille à élever, cette petite Ombre qu’elle aimait tant. Ambre Vif aidait sa sœur avec Ambre, et puis, il était son compagnon. Lune Bleue l’aimait plus que tout autre félin. Au printemps la fièvre s’emparerait de nouveau d’elle, et alors ils pourraient espérer avoir des petits, Ambre Vif et elle, enfin. Ils formaient tous une grande famille. Malgré les tensions, ils avaient pour rôle de s’entraider. Seule encore debout, Lune Bleue devait faire en sorte que les deux panthères voient le printemps.

Nuage d’Orage s’apprête à achever sa victime.

Lune Bleue repart à l’attaque.

 

Ambre Vif et Nuit Sans Lune gisent quasiment inertes sur le sol de la forêt, baignant dans leur propre sang. Celle qui leur a fait cela, c’est Nuage d’Orage. Elle les a vus grandir. Elle a tenté de les faire mourir. Ce sont les enfants de Griffe d’Argent. C’est cette panthère qui l’a à jamais défigurée ! C’est à elle qu’elle doit son croc brisé et son museau balafré ! Elle cherche à s’en venger, et ce de la plus cruelle des manières. Elle a déjà tué Pelage de Nuit. Après le père, elle a voulu se charger des enfants. Nuage d’Orage a perdu sa famille, elle veut maintenant faire souffrir Griffe d’Argent en la privant de la sienne.

Mais voilà qu’une furie bleue l’en empêche.

 

En poussant un grognement furieux, Lune Bleue s’élança. Elle était sans pitié désormais. Elle savait Nuage d’Orage irrécupérable. Même si elle ne la tue pas, la femelle lynx ne survivra plus très longtemps. Elle est à ce point rongé de l’intérieur par la magie noire, et cela fait presque pitié . . . Mais ce sentiment, Lune Bleue ne peut pas se permettre de l’éprouver. Pas maintenant que les vies d’Ambre Vif et Nuit Sans Lune dépendent d’elle !

Nuage d’Orage esquive mais pas assez vivement. On voit bien que son corps s’affaiblit. Les griffes de Lune Bleue ouvrent une profonde entaille sur son flanc. Elle gémit de douleur.

La panthère des neiges repart à l’assaut. Cette fois ses griffes étincellent d’une aura bleutée. Ses yeux bleus luisent tant qu’on n’en voit plus les pupilles.  La jeune féline a activé son pouvoir.

D’ordinaire, rien ne résiste à une Féline des Lunes.

Sauf le Maître du Chaos.

Lune Bleue a soudain l’impression qu’un énorme animal serre sa tête entre ses mâchoires.

 

Comment ose-tu attaquer ainsi le corps que je possède, féline ? Tu n’as aucune chance contre moi, je te tuerais !

Ma mère a emprisonné ton Sans Nom. Je te priverais de ce corps ! Tu ne tueras pas ceux qui me sont chers !

Ainsi donc c’est toi la fameuse fille d’Eclat de Lune . . .

Et j’en suis fière !

Je me rappelle de ton nom, maintenant. Tu es Lune Bleue. Encore plus puissante et volontaire que ta mère . . .

Je ne te . . . laisserais pas . . . les tuer !

Mais je suis plus fort ! Vois ce que je lui ai fait ! Ta mère n’est plus la même, n’est-ce pas ?

Elle . . . t’as . . . résisté !

Son cœur est pur, je n’avais pas d’emprise. J’ai toutefois réussi à la briser d’une autre manière.

Je . . . vais . . .

Me tuer ? On ne tue pas le Maître du Chaos ! C’est moi qui te tuerais, tôt ou tard. Mais avant, ton corps ferait une bien meilleure possession que celui de cette faible lynx !

Pourquoi . . . Nuage . . . d’Orage . . . ?

La colère l’habitait. Je n’ai eu aucun mal à trouver une emprise sur elle. Tout comme il me serait simple de te posséder, toi ou cette panthère noire là-bas. Mais il est plus amusant de la laisser se vider de son sang ! Tu es de toute manière plus puissante. Seul le corps d’une Féline des Lunes peut tenir longtemps. Tu seras mienne !

Non !

Ce que tu crois . . .

Je vais . . . te . . . tuer !

On ne tue pas le Maître du Chaos !

Mais . . .son corps . . .si . . .

 

L’étau se desserre sur l’esprit de Lune Bleue.

Trop occupé à tenter de la soumettre, le Maître du Chaos n’a pas songé à son autre ennemie.

Les traits de celle qui fut Nuage d’Orage se figent de surprise.

Un autre duel mental vient de s’engager. Nuit Sans Lune est faible, mais engage tout ce qui lui reste de forces dans cette bataille. Cela suffit à déstabiliser un instant son adversaire.

Lune Bleue se relève, bondit sur Nuage d’Orage. Elle referme ses mâchoires aux crocs meurtriers sur la gorge de la femelle lynx.

 

Nous ne sommes qu’au début de l’automne, mais quelques flocons précoces commencent à tomber sur la forêt.

Trois jeunes félins blessés sont au sol, inconscients. Deux d’entre eux sont entre la vie et la mort.

Un quatrième corps git là dans une mare de sang. Nuage d’Orage a franchit la ligne. Mais au moins maintenant elle est libre.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site