19 - Nuit sans lune

Griffe d’Argent avait envie de serrer contre elle sa petite fille, de lui dire de ne pas s’inquiéter, que tout allait rentrer dans l’ordre. Elle ne pouvait se résoudre à mentir à la jeune féline. Rien n’allait plus chez Nuit Sans Lune.

Ombre ne comprenait pas. Pourquoi sa mère était-elle partie ? Pourquoi l’avait-elle laissée seule ? Reviendrait-elle bientôt, et alors tout serait de nouveau comme avant ?

Griffe d’Argent sentait que Nuit Sans Lune rôdait toujours dans la région. Sa blessure au poitrail ne guérissait toujours pas. L’infection empuantissait les traces laissées par la panthère noire, et ses empreintes montraient clairement qu’elle commençait à boiter. Une autre chose la tracassait, à laquelle Eclat de Lune, par son pouvoir de Féline des Lunes, était encore plus sensible. Nuit Sans Lune, cela ne faisait plus aucun doute, avait été marquée par le Maître du Chaos lorsque Nuage d’Orage, possédée, l’avait blessée. Cette morsure, si proche du cœur, avait sans doute achevé de corrompre son âme brisée . . .

 

Au début du printemps, cette année là, Griffe d’Argent fêta seule ses dix ans. C’était la première fois qu’elle se rendait vraiment compte à quel point elle avait aimé regarder se lever le soleil du premier jour du printemps, celui de sa naissance, pendant plusieurs années, aux côtés de Pelage de Nuit. Un an auparavant, elle donnait le jour à un fils mort né, aussi noir que son père décédé peu de temps avant lui. Elle n’avait jamais donné de nom à ce petit. Elle espérait que malgré tout, dans l’Ailleurs, son père veillait sur lui.

Cette année-là, le premier jour du printemps fut plus heureux. Le jour exact de ses dix ans, Griffe d’Argent fut grand-mère une nouvelle fois. Elle vint accompagnée d’Ombre, sa petite-fille plus âgée qui aurait bientôt un an, voir les derniers habitants de Vaalbara. L’aîné des jumeaux était une femelle gris fauve tachetée de brun. Plus tard, ses yeux deviendraient verts et on lui découvrirait un don de testeur, celui de savoir ceux des autres, comme son arrière-grand-père Museau Fouineur. En référence à sa grand-mère maternelle, Eclat de Lune, on l’avait appelée Douceur de Lune. Tout dans son allure la désignait comme hybride, ni vraiment panthère des neiges, ni vraiment panthère, mais un mélange des deux étonnement harmonieux. Le second petit tenait davantage de la panthère des neiges, avec son pelage gris argenté marqué de noir typique de l’espèce. Pourtant, le regard du jeune mâle virerait par la suite à un ambre soutenu le trahissant en tant que sang-mêlé. Sa sœur décèlerait un jour en lui un don de transformation hérité de sa grand-mère paternelle Griffe d’Argent et de la mère de celle-ci, Flamme. Pour cette raison, et à cause de la couleur de son pelage, il fut nommé Etoile d’Argent.

Ambre Vif et Lune Bleue étaient des parents heureux. Douceur de Lune et Etoile d’Argent grandissaient vite, auprès de leur cousine Ombre, finalement adoptée par la petite famille.

Griffe d’Argent aurait aimé que Pelage de Nuit soit là pour partager ces moments . . . Mais il n’était plus là. Là, auprès de ses petits enfants adorés et de son fils aîné, la panthère songeait à ce qu’elle avait perdu. Elle n’avait jamais eu de père. Sa mère était inaccessible et elle ne la reverrait sans doute pas. Son compagnon et son fils cadet avaient gagné l’Ailleurs d’où l’on ne revient plus. Elle espérait ne pas bientôt perdre aussi sa fille . . .

 

Pour la première fois en cette journée ensoleillée, les petits étaient sortis de la tanière, sous le regard bienveillant de leurs parents. Ambre Vif retombait littéralement en enfance lorsqu’il partageait les jeux de ses enfants. Douceur de Lune et Etoile d’Argent avaient encore une démarche pataude mais gagnaient rapidement en assurance. Leur curiosité les poussait en avant. Ce monde est si vaste, si plein de choses à découvrir ! Lune Bleue, elle, surveillait leurs espiègleries. Toute trace de noirceur avait définitivement quitté son âme, elle devenait moins imprévisible. La dernière chose qui la rongeait était le manque de petits. Son instinct maternel parfaitement comblé désormais, tout allait pour le mieux. Lune Bleue était une mère de famille épanouie.

Le soir venu, Ambre Vif et Lune Bleue avaient décidé de s’accorder un moment à eux en partant chasser ensemble dans la forêt. Ombre était en leçon avec son grand-père Flèche d’Or. Eclair Brûlant, Ange Blanc et Moshan étaient partis vers le Sud pour quelques temps et les tigres avaient rejoint leur territoire d’origine. Eclat de Lune dormait dans sa propre tanière. Seule restait donc éveillée à l’entrée de la caverne Griffe d’Argent, qui pour cette nuit gardait ses deux plus jeunes petits-enfants.

La forêt était paisible, la nuit calme. Tout était planifié pour bien se passer. Mais l’existence en Vaalbara suit des chemins imprévisibles.

 

La nuit était tombée sur la forêt. Aucune étoile de brillait dans le ciel. C’était une nuit sans lune.

Griffe d’Argent s’était assoupie. Ombre parmi les ombres nocturnes, noire sur un fond de ténèbres, une silhouette sombre guettait ce moment.

A l’insu de sa grand-mère, Douceur de Lune l’effrontée s’était éclipsée. Sa curiosité un jour lui jouerait des tours. C’était bien la digne descendante de Museau Fouineur et Flèche d’Or ! Comme son arrière-grand-père et son grand-père, la petite débordait de vitalité et faisait preuve d’une insatiable soif de découvertes. La trouvaille qu’elle fit l’enchanta d’abord. La femelle panthère noire qui lui faisait face lui semblait étrangement familière dans son apparence, de plus son odeur n’était pas sans rappeler celle d’Ombre.

L’étrangère commence à grogner. La fourrure pelucheuse de Douceur de Lune se hérisse, ses oreilles de petite inquiète se plaquent contre son crâne. Tout à coup, sans crier gare, la panthère noire attaque ! Ses griffes tranchantes sont prêtes à lacérer la minuscule féline, ses crocs acérés parés à la déchiqueter. Une autre panthère s’interpose, tachetée celle-ci, coupant l’élan de sa sombre congénère en plein bond.

Les deux félines se font maintenant face en grondant. Elles se reconnaissent. Elles sont mère et fille. Griffe d’Argent et Nuit Sans Lune.

Griffe d’Argent ne perçoit plus dans les yeux de sa fille leur éclat jaune habituel. Son regard n’est plus qu’obscurité. Elle comprend avec effroi que Nuit Sans Lune est possédée par le Maître du Chaos. Elle n’est plus qu’à demi consciente de ses actes, aveuglée par la souffrance et la haine. Elle souffre autant mentalement que physiquement. Elle ne s’est pas remise de la mort violente de son père Pelage de Nuit, ni de la trahison de Bandit, son compagnon qui a osé abandonner sa femelle enceinte. Elle souffre de ne pas comprendre sa fille Ombre, comme sa mère avant elle. Elle est torturée par sa blessure purulente au poitrail, infligée par les crocs de Nuage d’Orage. Nuit Sans Lune, enfin, est gouvernée par la haine. Sa mère, son compagnon, son frère, et surtout Lune Bleue, tous, elle les hait ! Oh, certes, ils ont eu leur lot de douleur, mais pour eux, tout a finit par s’arranger ! Par pour elle ! Alors, c’est à leur tour de connaître le gouffre sans fond d’une souffrance incurable. Elle va tuer ces petits. Les enfants de Lune Bleue et Ambre Vif, les petits enfants de Griffe d’Argent. Pour leur faire mal, elle les tuera . . .

La bataille s’engage, féroce. Nuit Sans Lune est plus petite et moins vive que sa mère, et qui plus est affaiblie par son poitrail blessé, qui enlève également souplesse et rapidité aux mouvements de ses pattes avant. Elle est rapidement maîtrisée par Griffe d’Argent. La panthère tachetée pèse de tout son poids sur sa noire semblable, tentant de l’immobiliser. Elle y parvient bientôt, la tient à sa merci. Il suffirait de refermer ses mâchoires sur la fragile gorge de Nuit Sans Lune . . . Mais comment pourrait-elle s’y résoudre ? Cette furie, elle lui a donné la vie. Est-ce son rôle de la lui prendre ainsi ? Le dilemme est trop grand. Griffe d’Argent ne peut pas.

Soudain, un puissant étau enserre l’esprit de Griffe d’Argent. Nuit Sans Lune a profité de l’indécision de sa mère pour lancer une attaque mentale. Griffe d’Argent se sait perdue. Nuit Sans Lune est une télépathe du second degré, capable de lire dans les esprits, mais aussi de les influencer. Progressivement, elle impose sa volonté à son aînée, la force à reculer. Le rapport de force s’est inversé.

Une troisième combattante entre alors en scène. Horrifiée, Griffe d’Argent reconnaît sa sœur de lait et de cœur, Eclat de Lune. La panthère des neiges halète, essoufflée d’avoir parcouru à vive allure la distance tout de même importante qui sépare sa tanière de celle-ci. L’effroi de Griffe d’Argent grandit encore lorsqu’elle constate que les yeux d’Eclat de Lune commencent à briller. Le blocage . . . non ! Si elle le brise, elle risque de ne pas y résister ! La puissance de son pouvoir est trop grande ! Une nuit de pleine Lune, peut être aurait-elle réussit, mais ce soir la Lune est absente du ciel. Une nuit sans Lune. La pire période pour une Féline des Lunes. Eclat de Lune ne pourra pas maîtriser le flot une fois celui-ci libéré ! Pourtant elle continue d’avancer. On a attaqué ses petits enfants et sa sœur. Elle est prête à les défendre. Elle voit cette mission avant le danger. Griffe d’Argent voudrait la prévenir, mais l’étau l’empêche de bouger. Sa gueule reste fermée, aucun son n’en sort. Eclat de Lune continue d’avancer. Ses yeux s’illuminent. Ils brillent. Ils étincellent.

 

Dès qu’elle sent l’étau se desserrer, Griffe d’Argent active à son tour son pouvoir, prêt à attaquer.

Eclat de Lune combat maintenant Nuit Sans Lune, au sein d’un véritable flot lumineux étincelant tel la pleine Lune. La panthère des neiges s’affaiblit rapidement, et porte maintenant une profonde blessure au flanc gauche.

Griffe d’Argent a elle aussi perdu des forces et est mal en point. Mais cette fois-ci, elle n’hésite pas. Contrainte d’économiser de l’énergie afin de ne pas s’évanouir, elle utilise son don de transformation afin d’adopter des formes de plus en plus petites. C’est finalement un margay qui se jette à la gorge de Nuit Sans Lune. Cette fois-ci, elle n’hésite pas. Elle lui a donné la vie. Elle la lui reprendra. Griffe d’Argent referme ses mâchoires.

 

La gorge littéralement déchiquetée, Nuit Sans Lune s’écroule au sol tandis qu’avec le sang qui coule sa vie s’échappe. Griffe d’Argent la vois partir. Elle s’en veut mais n’avais pas le choix. Au moins elle l’a libérée de l’emprise du Maître du Chaos !

Une sombre aura semble émaner de la mourante. Griffe d’Argent perçoit un léger murmure. C’est Eclat de Lune qui psalmodie. Elle fera tout ce qui est en son pouvoir afin d’empêcher le Maître du Chaos de posséder quelqu’un d’autre. Trop ont déjà souffert. C’en est assez !

Le blocage achève de se briser. Toute la formidable puissance de la Féline des Lunes est libérée. La forêt s’en retrouve un bref instant illuminée.

A leur tour, Griffe d’Argent et Eclat de Lune s’effondrent.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site