33 - Sombre héritage

Il y avait plus d’un millier de cycles des saisons, une race d’êtres étranges, les deux-pattes, avaient gagné Ouria et commencé à décimer certaines espèces. Cœur Ardent, la demi-dragonne, y avait perdu sa famille, mais son compagnon et ses chatons n’étaient que trois victimes parmi une foule.

-          Je suis vraiment désolée pour toi, Cœur Ardent . . .

-          Ton ami m’a dit que tu comprendrais cette douleur.

-          J’ai perdu mon premier compagnon et deux de mes trois petits. J’ai même dû achever ma propre fille, possédée par le Maître du Chaos . . .

Cœur Ardent retient un cri de surprise et d’effroi. La souffrance de Griffe d’Argent devait être atroce. Voir les siens périr est une chose, leur donner la mort de ses propres crocs en est une autre. L’hybride comprend le chagrin de la panthère devenue margay d’autant plus qu’elle sait qui elle est. Le Maître du Chaos n’est que l’avatar d’un être qui dans l’Ailleurs, où a été conçue Griffe d’Argent, s’appelle Keishan et a aimé une panthère du nom de Flamme.  Tout ceci n’est qu’une cruelle histoire de famille.

-          Mais depuis ma rencontre avec Patte Agile, reprit-elle, je revis. Je te souhaite de connaître toi aussi un jour de nouveau l’amour. Cela ne guérit pas toutes les blessures, mais au moins les apaise et permet de reprendre son destin entre ses griffes.

La demi-dragonne afficha un pâle sourire. Après tant de temps, elle devait penser qu’elle finirait ses jours en solitaire désormais. Elle poursuivit son récit.

 

« Les deux-pattes avaient finis par être vaincus et repartirent comme ils étaient venus, sur ces étranges surfaces faites de bois, flottant à la surface de l’eau. Les habitants de notre continent l’avaient emporté et conserveraient leurs terres, mais à quel prix . . . Innombrables étaient ceux qui avaient péris. Le massacre des miens se noyait dans les fleuves de sang qui avaient coulé. Auparavant, Ouria ressemblait beaucoup à votre Vaalbara, avec une grande diversité de félins, mais aussi le plus secret peuple des loups, qui occupait les terres gelées du Nord, au-delà des montagnes où je vis aujourd’hui, dans un domaine presque désert de félins, en dehors de quelques nomades. Ouria est un continent en grande partie cerclé de montagnes. Seuls l’Est, tourné vers Vaalbara, et l’extrême Sud, où avaient abordé les deux-pattes, sont dépourvus de chaînes montagneuses. Il y a encore des terres par-delà ces monts. Au Nord, les loups ont disparu. Ils furent vaillants dans la guerre contre les deux-pattes. Ils se sont tous sacrifiés, jusqu’au dernier, pour le salut d’Ouria. On dit que quelques grands félins survivent à l’Ouest, mais si j’en ai croisé quelques uns juste après la guerre, cela fait des siècles que je n’en ai plus aperçu aucun. Eux aussi ne sont plus. Avec leur extinction, un phénomène étrange s’est progressivement manifesté : l’affaiblissement de la magie. Les êtres de l’ancien temps furent les premiers touchés. Ils durent, les uns après les autres, gagner l’Ailleurs afin de ne pas mourir ici. Serre d’Opale est sans doute la seule hybride née après la guerre, et sa griffonne de mère a à peine eu le temps de voir sa fille atteindre l’âge adulte qu’elle aussi a dû s’en aller. Cela fait déjà près de six cent cycles des saisons. Les derniers à partir furent les plus puissants des êtres de feu, dragon et phénix, il y a un peu plus de deux siècles.  Ces êtres de magie pure désormais absents du paysage d’Ouria, c’est le pouvoir des félins qui a commencé à décliner. A chaque génération, davantage de chatons naissaient dépourvus du don, et d’autres, qui en possédait un autrefois, ont constaté sa disparition. C’est ainsi mon cas. Je ne suis plus capable de magie depuis longtemps déjà. La possession d’une forme d’âme et les maîtrises élémentales devinrent rares, puis disparurent tout à fait. Il y a peu, c’est la maladie qui est apparu. Elle commence par priver un félin de son don, avant de le tuer à petit feu. Elle a fait sa première victime il y a une dizaine de cycles des saisons. Depuis, elle s’est répandue, et fait désormais des ravages. »

 

Petit à petit, Griffe d’Argent comprend. L’affaiblissement progressif de la magie, le départ des êtres de l’ancien temps, la naissance de félins sans don, la perte progressive de celui des autres . . .

-          Non !

Tous regardent Griffe d’Argent, tous sauf peut être Cœur Ardent, qui elle a sans doute déjà fait le lien entre son vécu et le récit des félins du grand continent de leur propre expérience.

Deux continents, deux parcours étrangement similaires.

-          Ce qui atteint Ouria aujourd’hui . . . demain arrivera en Vaalbara.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×