35 - Années perdues

Le cercle était formé. Il ne manquait plus que son centre.

Patte Agile donna un coup de langue affectueux à Griffe d’Argent.

-          N’oublie pas, je t’attendrais, aussi longtemps qu’il le faudra.

-          Et si je ne reviens pas ?

-          Alors je mourrais ici. Mais tu reviendras.

L’optimisme de son compagnon donna à Griffe d’Argent le courage qui lui manquait pour rentrer dans le cercle. Elle reviendrait, pour lui. Moshan, son aïeule phénix, active son pouvoir, prête à ouvrir les portes de l’Ailleurs. A son tour elle va chercher le sien au plus profond d’elle-même, là où il est le plus fort, et ses yeux ne sont alors plus que deux sphères dorées, brillantes de magie. Elle est rapidement suivie par les trois derniers hybrides, Serre d’Opale d’abord, puis Cœur Ardent, et enfin Eclair Brûlant, son sage mentor mais aussi son meilleur ami.

Avant d’être englobée par d’immatérielles flammes, Griffe d’Argent a le temps d’apercevoir le regard de Patte Agile, à la fois si inquiet et si plein d’optimisme. Elle doit revenir, ne serait-ce que pour le salut de ce doux margay. Il a déjà souffert du décès d’une compagne à cause de la magie, il ne résisterait pas à la perte d’une autre.

 

-          Griffe d’Argent, ma fille, es-tu prête ?

La panthère devenue margay ne voit plus le paysage de rochers de cette région d’Ouria. Elle comprend rapidement qu’elle n’y est déjà plus. Ici, tout n’est que feu, un gigantesque et irréel brasier.

-          Je suis prête, Moshan.

La femelle phénix ouvre ses ailes, pose son bec crochu de rapace contre le front de sa descendante, comme pour lui insuffler sa force. Elle est plus belle et plus impressionnante que jamais, d’un charisme quasiment terrifiant, et dans le même temps profondément rassurant. Enfin, Griffe d’Argent peut admirer l’oiseau de feu dans toute sa majesté. Elle garderait éternellement le souvenir d’une telle vision. Moshan n’est plus que flammes, étincelant de jaune, d’orange, de rouge, et surtout d’or. Son regard est d’or. Griffe d’Argent ne le remarque que maintenant. Elles ont le même regard or intense.

Griffe d’Argent sent la puissance de Moshan et des sang-mêlé se mêler à la sienne. Elle a l’impression que plus rien ne pourrait lui résister. Cela représente une telle force ! C’est inimaginable.

-          Alors avance.

Un fleuve de feu l’emporte, mais elle ne ressent rien. Ces flammes, elle le devine rapidement, n’existent pas. Elles se trouvent dans son esprit. Son esprit ? Est-ce vraiment le cas ? Le brasier ne la brûle pas. Griffe d’Argent n’est elle-même plus que feu. Puis tout se calme.

Est-ce ceci, l’Ailleurs ?

Tout n’est que feu. Ou peut être est-ce seulement la vision que Griffe d’Argent se fait de ce lieu qui s’y manifeste. Peut être en fin de compte l’Ailleurs n’est-il qu’un reflet de l’esprit. La féline n’en sait rien. Tout cela est si étrange !

Griffe d’Argent sent quelque chose réagir en elle, comme provoqué par le contact de ce mystérieux endroit où elle fut conçue. Le feu. Elle est fille du feu. Le phénix en elle se réveille. Comment a-t-il pu rester endormi aussi longtemps ? Treize longs cycles des saisons . . . ou davantage ? Elle ignore depuis combien de temps elle se trouve ici. L’Ailleurs la trouble, et pourtant lui est familier. Elle s’y sent chez elle, mais sait aussi qu’elle ne peut pas y rester, pas encore. Elle est venue ici pour accomplir une tâche. Elle marche dans cet irréel brasier, à la recherche d’un signe. Elle remarque alors qu’elle n’est plus margay. Elle a de nouveau l’apparence de sa naissance, celle d’une panthère. Le blocage s’est brisé. Elle sort ses griffes. Oui, elle a bien retrouvé ses deux dons perdus depuis des saisons : les griffes d’argent auxquelles elle doit son nom, et la transformation héritée de sa mère Flamme.

Griffe d’Argent marche durant ce qui lui semble à la fois une éternité et juste un instant. Le temps n’a plus aucune signification dans l’Ailleurs, pas plus que l’espace. Elle a l’impression d’avoir parcouru une grande distance, mais le paysage n’a pas changé d’une flammèche et elle ne ressent aucune fatigue.

Puis un détail change. L’incendie brillait d’or tel le soleil. Il luit toujours autant, de cette lueur dorée qui est celle du pouvoir de Moshan et de celui de Griffe d’Argent, mais quelque chose le perturbe. Une autre lumière apparaît. Elle est bleue et rappelle la clarté lunaire, si douce par rapport à l’aveuglant soleil. Le cœur de Griffe d’Argent se sert. Elle reconnaîtrait cette couleur parmi une infinité d’autres. Ce visage gris et noir souriant de panthère des neiges lui est tellement familier ! Elle ne pensait jamais plus revoir la douceur de ce regard vert.

-          Eclat de Lune . . .

L’esprit de sa sœur de lait et de cœur est venu la trouver. Eclat de Lune ne dit rien, lui fait signe, puis s’en retourne. Sans se poser de question, Griffe d’Argent la suit. Bientôt, elles ne sont plus les seules à marcher. D‘autres les entourent, emboîtent le pas d’Eclat de Lune et enfermant Griffe d’Argent dans leur cercle protecteur. Sans que quoi que ce soit n’ai pu le laisser prévoir, ils finissent par s’arrêter. Eclat de Lune est assise et couve celle qui fut pour elle comme une sœur de son regard rassurant. A côté d’elle se tient une autre silhouette.

-          Bienvenue, ma fille.

Cette voix comme ce regard de feu lui sont inconnus, et pourtant Griffe d’Argent sait au fond d’elle-même qui est cette panthère. C’est Aile de Feu, sa grand-mère à moitié phénix. De l’autre côté d’Eclat de Lune est assise une guéparde possédant sur ses joues l’étrange marque en croissant des Félines des Lunes. C’est Lune d’Or, la mère d’Eclair Brûlant, celle qui aima un dragon. Ils se sont tous assis. Griffe d’Argent reconnaît d’autres visages familiers. Trois silhouettes noires attirent particulièrement son attention. Les voir lui fait monter les larmes aux yeux, plus encore que d’avoir retrouvé Eclat de Lune.

-          Mon amour, mes enfants . . .

Une toute petite panthère noire la regarda. C’est son fils sans nom qui n’a même jamais respiré. Il est là, blotti entre les pattes de son père. Pelage de Nuit sourit à sa compagne tant aimée. Près de lui se tient une jeune femelle à la fourrure encore plus sombre.

-          Va, Maman. Ne t’inquiète plus de nous.

Nuit Sans Lune semblait enfin avoir trouvé la paix. Après cette vision, Griffe d’Argent ne devait plus jamais faire de cauchemar en repensant à la mort de sa fille.

Comme pour détourner sa mère de ces sombres songes, Nuit Sans Lune dirige son regard vers les autres silhouettes du cercle.  Il y a là d’autres visages familiers. Griffe d’Argent reconnaît ses deux mères, Flamme, celle qui lui a donné la vie, et Neige Brillante, celle qui l’a élevée. Elles ont rejoint l’Ailleurs. Ainsi donc, leur âge a eu raison d’elles. Depuis combien de temps Griffe d’Argent est-elle ici ? Impossible à dire. Le temps n’a pas cours dans l’Ailleurs.

Ces silhouettes familières ne sont pas seules. Griffe d’Argent n’aurait jamais pensé que sa vieille ennemie serait ici. Mais la femelle lynx est bien là. Nuage d’Orage la regarde. Comme Nuit Sans Lune, son expression est enfin apaisée. Elle sourit, et Griffe d’Argent peut voir qu’elle possède tous ses crocs et qu’aucune cicatrice ne lui barre le museau.

D’autres sont là aussi, que Griffe d’Argent n’a jamais connus mais dont elle devine les noms comme d’instinct, des êtres dont les vies ont été mêlés à la sienne sans qu’elle sans rende vraiment compte. Il y a là Griffe Noire, le compagnon de Nuage d’Orage et père d’œil de Perle et Plume Blanche, ou encore Museau Fouineur, le père d’Eclat de Lune.

Les yeux de tous se mettent à briller. Des éclats de lumière d’une infinie variété de couleurs jaillissent. C’est juste magnifique.

Enfin, Griffe d’Argent voit une porte ouverte, près de laquelle le brasier semble moins ardent. Serait-ce . . . ?

Griffe d’Argent pousse la porte pour la fermer. Les pouvoirs réunis de ceux qui l’entourent la soutiennent. Mais cela ne suffira pas, elle le sent.

Une panthère s’avance près d’elle, l’aide à pousser la porte. C’est un mâle. Elle ne l’a jamais vu, mais il lui paraît étrangement familier. Ensemble, ils parviennent à refermer la porte. Avant que tout ne disparaisse, elle croise le regard du mâle panthère. Il est noir, complètement fait d’obscurité, effrayant.

-          Nous avons beau nous haïr, tu reste ma fille, Griffe d’Argent. Le Maître du Chaos ne peut s’empêcher de vouloir te supprimer, mais Keishan sera toujours là pour t’aider.

 

A-t-elle rêvé ? Non, tout cela était bien trop vivant. Griffe d’Argent se rappelle le moindre détail. Toutefois, elle devine qu’elle n’en parlera jamais. Nul ne doit savoir ce qu’est l’Ailleurs. Cela restera son secret.

A-t-elle rêvé ? Non, car la patte qu’elle lève à cet instant devant ses yeux est bien celle d’une panthère.

A-t-elle rêvé ? Non, elle reconnaît ce paysage rocheux des montagnes du Nord du continent d’Ouria. C’est la même clairière d’où elle est partie.

Griffe d’Argent est épuisée. Puis quelque chose titille son attention. Le paysage n’est plus le même. Il a subtilement changé, et surtout, elle est seule. Où sont les autres ? Enfin, elle remarque qu’il n’y a pas que le paysage qui a changé. A sa fourrure fauve et noir se mêlent des poils blancs.

Combien de temps est-elle partie ?

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site