48 - De mère en fils

Griffe d’Argent fait toujours face à Keïshan, mais elle s’est apaisée. Griffe d’Argent a reprit son apparence habituelle, sans fourrure brillante ni quoi que ce soit d’autre d’anormal. Elle aurait toujours du mal à accepter ce côté sombre de son arbre généalogique, mais elle était sur le chemin d’être en paix avec celui qu’on appelait le Maître du Chaos. De toute manière, elle ne pouvait nier être de son sang. Son lien de Grande s’était créé avec lui, fait inédit dans toute l’histoire connue du grand continent. De plus, on pouvait bien le voir maintenant, en dehors de leurs regards, or pour Griffe d’Argent et noir pour Keïshan, tous deux étaient quasiment identiques. Seul fait notable, Griffe d’Argent portait les stigmates de l’âge, et pas Keïshan, qui lui était un dieu.

-          Keïshan . . .

-          Griffe d’Argent, m’appelleras-tu un jour ton père ?

La vieille panthère baisse la tête, penaude.

-          Je ne sais pas. Sans doute jamais.

Un certain regret se lit dans les yeux de ténèbres de Keïshan. Il se tourne finalement vers un coin de la vaste salle aux cristaux étincelants, devenue si calme.

-          Phénix va se réveiller.

Griffe d’Argent regarde dans la même direction. Elle peut maintenant voir son jeune fils. Le margay est paisiblement endormi, tel un chaton innocent.

-          Il a toujours été là ?

-          Toujours, mais je t’ai emmenée ailleurs.

-          Pourra-t-il te voir ?

-          Oui, nous sommes dans un lieu sacré. Un félin normal verrait une silhouette et m’entendrait. Phénix est de mon sang. Lui saura contempler ma véritable forme. Sait-il que je suis son grand-père ?

-          Il est au courant. Quand ses pouvoirs se sont déclarés, il a bien fallut tout lui dire, surtout avec cette histoire de prophétie qui le concernait.

-          Très bien.

Tous deux parlent encore quand Phénix ouvre les yeux et émerge du monde des songes. Il voit tout de suite que sa chère maman est revenue, et a reprit une apparence normale. Elle semble aller bien. Il est rassuré. Puis il remarque qu’elle n’est pas seule. Un mâle panthère se tient à ses côtés. A la vue de ses prunelles d’obscurité, Phénix a un mouvement de recul. Ce regard n’est pas naturel, il lui fait peur. Puis il se rappelle où il est, et qui peut apparaître ici.

-          Le Maître du Chaos . . . C’est le Maître du Chaos ! s’écrie-t-il.

-          C’est ton grand-père Keïshan, mon père, reprend Griffe d’Argent d’une voix calme.

-          Mais c’est le Maître du Chaos !

-          Le Maître du Chaos peut-être, mais avant tout un être indispensable à l’Equilibre . . .

Alors elle répète à son fils le savoir que Keïshan lui a transmis. Phénix l’écoute, et lui aussi finit par comprendre. Son regard vairon se fixe dans celui, noir d’encre, de son aïeul. Le jeune mâle y lit une promesse. Il n’a plus peur.

 

A l’extérieur des mines, dans le désert, Vif Esprit perçoit le signal qu’il attendait et qui n’était connu que de lui seul. Il rassemble le trio qu’il forme avec Gant de Lune et Soleil d’Hiver. Les trois félins activent leur magie. Ils sont liés, au contact les uns des autres. Leurs pouvoirs rassemblés n’en font maintenant plus qu’un plus fort encore, que Gant de Lune dirige vers Phénix afin de le soutenir.

Dans la salle aux cristaux, au cœur des mines, le regard or et bleu de Phénix s’illumine. Griffe d’Argent active elle aussi son don, tandis qu’une sombre aura se dégage de Keïshan. Ils sont là tous les trois, front contre front, mère et fils prêts à agir, celui qui les a engendrés à les guider.

 

L’Ailleurs. Griffe d’Argent reconnaît ce brasier. Elle ne sait toujours pas s’il s’agit de l’apparence réelle de ce lieu ou si c’est seulement l’image qu’elle s’en fait. Phénix voit-il l’Ailleurs comme elle ? Elle devine qu’ils ne l’évoqueront sans doute plus jamais après ce jour. On ne parle pas de l’Ailleurs aux vivants. Personne ne leur a énoncé cette règle, mais tous deux la connaissent d’instinct.

Griffe d’Argent avance. Elle sait à peu près à quoi s’attendre. A sa droite se tient Phénix, peu assuré, et à sa gauche Keïshan. Tous trois marchent, ils ne sauraient dire durant combien de temps. Le temps n’a pas cours ici. Griffe d’Argent se demande s’ils auront toujours le même âge à leur retour. Lors de son dernier séjour ici, dix cycles des saisons entiers se sont écoulés . . . Qu’en sera-t-il cette fois-ci ? Pour elle, peu importe, mais son fils est encore jeune, à peine devenu adulte. Il mérite de profiter pleinement de toutes les belles années qui lui sont encore promises.

Comme la fois précédente, d’autres se joignent au trio, des silhouettes plus ou moins familières, mais toutes liées de près à Griffe d’Argent et aux siens. Il y a d’abord sa mère Flamme, avec son pelage comme orné de traces de brûlures si caractéristique. Flamme et Keïshan frottent affectueusement leurs museaux l’un contre l’autre, en vrai couple aimant. C’est la première fois que Griffe d’Argent voit ses parents réunis. Ils ne l’ont jamais été qu’ici, et ont passé si peu de temps ensemble du vivant de Flamme ! Toutefois cela aura suffit. Griffe d’Argent est leur fille, la Fille de l’Ailleurs. C’est aussi une fille du feu, par sa grand-mère Aile de Feu. La sang-mêlé, à demi-phénix, va à la rencontre du petit chat tacheté qui porte le nom de leur aïeule l’oiseau de feu, l’héritier des plus puissants pouvoirs de sa lignée, le jeune Phénix. Puis c’est au tour de Griffe d’Argent d’être rejointe par une défunte qui lui est chère. Cette panthère des neiges, si longtemps après, lui manque toujours autant. La tragédie de sa mort la marque encore aujourd’hui. Elle s’est sacrifiée pour Griffe d’Argent et pour leurs descendants communs, pour leurs petits-enfants. Cette Féline des Lunes fut pour elle bien davantage qu’une sœur de lait, elle fut une sœur de cœur avant toute chose.

Maintenant que Griffe d’Argent a Eclat de Lune à ses côtés, elle est rassurée. Elle sait au fond d’elle-même qu’ils sont capables de réussir. Filles et fils du feu, fille de la Lune, Maître du Chaos, tous les six s’avancent vers la dernière porte. Keïshan laisse Griffe d’Argent et Phénix passer devant. Ils comprennent rapidement quelle est cette porte. C’est un lien vers Vaalbara. Il n’y en aura plus s’ils ferment la porte. La magie disparaîtra à tout jamais du grand continent. Le lien entre Vaalbara et l’Ailleurs sera coupé pour toujours. Comment imaginer une vie sans magie ? Elle fait depuis les origines partie de l’existence des félins de Vaalbara. Au contraire, s’ils ouvrent plus grand cette porte, la magie sera toujours présente, pourrait même revenir plus puissante. Peut-être. Rien n’est sûr.

Mère et fils se regardent. Celui qui trouvera. La prophétie. L’ultime décision appartient à Phénix. Le jeune margay aime ses pouvoirs, ne s’imagine pas vivre sans. Mais d’un autre côté la maladie vient de la magie, même si elle ne tue plus. Puis il songe à Douce Aurore, sa propre sœur de cœur. Comme tant d’autres, et ils sont de plus en plus, la demi-dragonne est née dépourvue de don. Et en fin de compte, elle le vit très bien ! Même sans aucun pouvoir, elle parvient à être parfaitement heureuse. Puis d’autres exemples de félins nés sans pouvoirs en eux mais auxquels cela ne manque pas du tout lui viennent en tête, dont son propre grand frère Ambre Vif.

La magie n’est peut être pas si indispensable.  On peut très bien vivre sans elle sans pour autant s’en porter plus mal.

Phénix a pris sa décision.

Il ferme la porte.

 

Griffe d’Argent et Phénix rouvrent les yeux. Ils ont quitté l’Ailleurs. Keïshan n’est plus là avec eux. Ils ne le reverront plus, ni aucun autre habitant du monde des défunts et de la magie, du moins pas avant le terme de leur propre existence. Le lien est coupé.

Phénix est un peu sonné, mais se remet vite. Il est toujours aussi jeune et plein de vie. Il a eu plus de chance que sa mère à son premier séjour dans l’Ailleurs. Il semble cette fois ne s’être écoulé que quelques heures, pas des années. Le paysage n’a pas changé et le soleil est encore assez haut à l’horizon. La journée n’est même pas terminée. Nous sommes sans doute en début d’après-midi. Le reste de l’équipé doit encore les attendre à l’entrée des mines. Phénix est déjà d’attaque, prêt à repartir pour les rejoindre.

Griffe d’Argent elle sent la faiblesse l’envahir et met un moment avant de pouvoir se relever. Elle sent que sa magie termine de s’en aller. Elle essaye une métamorphose en margay, cette forme qu’elle a si longtemps faite sienne lorsque son don de transformation était bloqué, mais n’y parvient pas. Elle tente une dernière fois d’activer son pouvoir, cette fois avec ce rare second don qui lui avait valu son nom de Griffe d’Argent. Ses griffes jaillissent de leur gaine, parfaitement normales. Cette tentative là également se solde par un échec. Tout essai supplémentaire serait vain, elle le sait. Les lames de métal que ses griffes pouvaient devenir ne sont désormais plus que des souvenirs.

Elle regarde Phénix se relever. Il serait le prochain patriarche après son départ, elle est certaine. Car son propre temps s’achève. Elle n’est plus qu’une vieille panthère fatiguée. Le temps de Phénix commence. Celui d’une nouvelle génération de félins différents, qui apprendront à vivre sans les dons.

Le pouvoir est passé de mère en fils.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×