5 - Avis de tempête

Griffe d’Argent marchait dans la forêt en compagnie d’Eclair Brûlant. Il avait bien récupéré en quatre mois et ne paraissait plus si maigre, bien qu’il restât gracile comme tous ceux de son espèce.

-          Griffe d’Argent ?

-          Oui Eclair Brûlant ?

-          Quel âge as-tu ? lui demande l’étrange guépard royal, tu semble si mature et pourtant tes petits, tes premiers, n’ont pas six mois, ce qui signifie que tu es encore très jeune . . .

-          J’ai cinq ans.

Le regard ambre d’Eclair Brûlant, souligné par les lignes noires traçant des larmes jusqu’aux coins de sa gueule, la fixait intensément. Il réfléchissait.

-          Tu as mûrit trop vite, Griffe d’Argent, conclut-il d’un ton triste, mais dans le même temps tu ignore encore tant de choses ! Par exemple, connais-tu seulement ton deuxième don ?

La panthère le dévisagea avec stupeur de ses yeux jaune d’or.

-          Je n’ai qu’un seul don ! Ce sont mes griffes d’argent ! Je leur doit d’ailleurs mon nom . . .

-          Je perçois aussi en toi l’héritage de Flamme. Je te vois me questionner des yeux, alors saches que ta mère possédait le don de transformation. Il est aussi en toi, c’est indéniable. Griffes d’argent et transformation. Les félins possédant deux dons sont rares. Tu es puissante, Griffe d’Argent, mais tu ignores encore à quel point, alors . . . écoute et apprend !

 

Griffe d’Argent, écoute et apprend. Refoule tes peurs, prend soin de ton sang. Bientôt arrivera le fils de la Lune et du Feu. Il t’enseignera ce que je n’ai pu.

Griffe d’Argent écoutait et apprenait. Sa sœur de lait Eclat de Lune l’avait aidée à vaincre les craintes du début de sa maternité et désormais le rôle de mère lui était tout naturel. Presque chaque jour toutefois, la panthère partait marcher dans la forêt en compagnie d’Eclair Brûlant, autoproclamé son nouveau professeur. Elle laissait alors ses deux petits sous la garde de son compagnon, le calme Pelage de Nuit. Quelquefois aussi elle les laissait sous la surveillance d’Eclat de Lune et Flèche d’Or. Le couple de panthères des neiges appréciait ces moments, car leur fille Lune Bleue, qui avait récemment fêté son premier anniversaire, n’avait jusqu’alors personne avec qui jouer. Ces instants étaient bénéfiques pour les trois jeunes félins, qui travaillaient ainsi leur agilité et leur vitesse tout en s’amusant. Nuit Sans Lune était la moins joueuse de la petite bande. La petite panthère noire semblait aussi tranquille que son père. Son frère tacheté lui ne se lassait pas de ces journées. Il faut dire aussi qu’Ambre Vif vouaient une véritable admiration à Lune Bleue.

Le temps passait, insouciant ou presque. Griffe d’Argent était aujourd’hui certaine que le fils de la Lune et du Feu qui devait devenir son mentor était Eclair Brûlant. Sa mère, la guéparde Lune d’Or, était la plus puissante Féline des Lunes connue depuis des générations. Elle avait péri dix ans plus tôt en enfermant avec l’aide de Flamme, la mère de Griffe d’Argent, le Sans Nom dans une prison ensorcelée du Domaine du Désert. L’être maléfique ne devait plus revenir répandre la mort et le chaos, aussi pour s’assurer qu’il ne fuirait pas Eclair Brûlant avait décidé de devenir le geôlier. Lune d’Or morte, il restait le seul félin assez puissant en Vaalbara pour assumer cette tâche. Ses grandes capacités avaient un rapport avec le feu, mais en quoi elle ne comprenait pas. Elle allait apprendre ce pourquoi d’Eclair Brûlant lui-même, le jour où elle osa enfin demander, au bout de quatre mois.

 

-          Pourquoi fais-tu tout cela, Eclair Brûlant ? Que . . . qu’es-tu réellement ?

-          Tu as deviné que j’avais quelque chose d’anormal, je le lis dans ton regard.

-          J’ai parfois l’impression que tu n’es pas vraiment félin, c’est étrange.

-          Et tu as raison. Il est normal que je t’explique, je pense, maintenant. Non, je ne suis pas vraiment félin. Je ne suis qu’à moitié guépard, un hybride. Mon apparence ordinaire est autre, le guépard n’est qu’un masque, je me sens presque . . . confiné, dans ce corps, bien qu’il soit mien tout autant que l’autre. Tu sais que les félins du continent vivent généralement vingt-cinq à trente ans. J’en parais à peine sept ou huit, et pourtant j’ai déjà plus de cinquante ans. Ma longévité et mon affinité avec le feu, je les tiens de mon père. Je suis le fils de la Lune et du Feu.

 

Tout a commencé un peu plus de cinquante ans auparavant. Vaalbara vivait dans la paix depuis longtemps, des siècles à vrai dire. Les Félines des Lunes chez le Peuple Félin, les Louves des Soleils parmi le Peuple Loup, étaient les gardiennes de l’ordre. Elles combattaient le Maître du Chaos et le Sans Nom ainsi que leurs sbires afin de les empêcher de régner sur le continent qui ne serait plus que sang et ténèbres sous leur contrôle. C’était à une période où survivaient encore en Vaalbara quelques rares créatures magiques, celles dont les félins et loups du continent peuvent revêtir parfois l’apparence lorsqu’elles sont leur forme d’âme. Dragons, licornes, griffons, chimères, phénix . . . on n’en voyait presque plus, mais ils existaient, et on pouvait les voir quelquefois. Leur rareté était due à la raréfaction de la magie dans tout Vaalbara. Ils ne pouvaient vivre sans, y puisaient leur force, et sans elle ils dépérissaient. La plupart afin de ne pas mourir s’étaient déjà réfugiés dans l’Ailleurs, les autres restaient à proximité des lieux sacrés où la magie continuait d’émaner de l’Ailleurs. Seuls les plus puissants dragons pouvaient encore se permettre de s’éloigner de ces oasis pour créatures magiques. Il va sans dire qu’ils étaient très peu nombreux. L’un était un très grand dragon aux écailles couleur d’émeraude, dont le nom est aujourd’hui tombé dans l’oubli. A sa grande surprise il rencontra un jour en survolant le Domaine des Plaines l’être qu’il cherchait depuis des siècles sans le savoir. La dragonne entièrement blanche chevauchait le vent avec grâce. Le dragon émeraude était puissamment bâti, fait pour les épreuves de force. Elle n’était qu’élégance et finesse. Il revint à plusieurs reprises par la suite. Tous deux finirent par devenir compagnons. Le mâle connaissait la vérité mais elle lui importait peu, car la dragonne blanche en ces temps de paix pouvait se permettre de rester sous cette forme. Ainsi elle ne vieillirait plus aussi vite et pourrait rester avec l’élu de son cœur. Leur fils naquit bientôt, hybride inattendu mais tant aimé de ses parents. C’était un jeune dragon de couleur émeraude clair, aux yeux d’ambre, et grâce son héritage maternel il pouvait aussi prendre l’apparence d’un guépard au pelage marbré de noir. Sa mère resta cinquante ans sous son apparence de dragonne blanche, en réalité sa forme d’âme. Mais bientôt son compagnon disparu. Elle comprit vite qu’il s’agissait là d’une action du Sans Nom. Aidée d’une panthère du nom de Flamme, elle parvint à l’emprisonner avant que lui et le Maître du Chaos ne mettent Vaalbara à feu et à sang. Malheureusement, elle fut tuée. Son fils, sous son apparence féline qu’il ne quitterait plus avant des années, resta longtemps à verser toutes les larmes de son chagrin sur le frêle corps étendu sur le sol. Le frêle corps de sa mère. Son frêle corps de guéparde. Elle avait beau être la plus puissante Féline des Lunes depuis des générations, avoir aimé un dragon, cette fois elle avait perdu la partie. Flamme fit de son mieux pour réconforter l’hybride mi-guépard mi-dragon désormais orphelin. Il prit la décision de devenir le geôlier du Sans Nom et annonça à Flamme que si jamais les choses se passaient mal, il la retrouverait. Dix ans avaient passés et les souvenirs du geôlier étaient revenus à l’évasion du Sans Nom. Il se rappela avec souffrance ce corps gracile étendu à terre, sans vie. Le corps de sa mère, la guéparde Lune d’Or. Puis son propre nom lui revint avant de sombrer dans l’inconscience : Eclair Brûlant.

 

Alors qu’Eclair Brûlant racontait son histoire à Griffe d’Argent, un événement qui allait avoir de lourdes conséquences se déroulait dans le Domaine des Montagnes.

Ce territoire appartenait à un jeune couple de lynx boréaux. Le mâle possédait une fourrure argent, à peine nuancée de brun, marqué de taches noires. Son regard or se posa affectueusement sur sa compagne. Son abdomen légèrement gonflé ne laissait plus aucun doute. Il était heureux. Il lécha affectueusement le museau de la femelle gris-fauve au pelage presque uni. Les yeux verts de la jeune lynx se fermèrent et elle commença à ronronner. Il effleura de nouveau le museau meurtri de sa compagne. Deux ans plus tôt, alors qu’elle parcourait pour une des premières fois la forêt seule, elle avait été attaquée par une panthère qui l’avait prise pour une proie. La féline plus grande s’était rendue compte de son erreur mais trop tard. Nuage d’Orage conservait de cette mésaventure un croc brisé et ces cicatrices sur le museau. Elle ne supportait pas d’être si jeune, à peine plus de trois ans, et déjà abîmée par les aléas de la vie, mais son compagnon ne s’en souciait guère. Il la rassurait, lui murmurant sans cesse qu’un croc en moins ne l’empêchait pas d’être une excellente chasseresse, et que ces cicatrices ne la rendaient pas moins belle. Elle était sa magnifique Nuage d’Orage, quoiqu’elle en pense ! Griffe Noire était le plus aimant des lynx, le compagnon de sa vie. Ils s’étaient établis sur ce territoire depuis quelques mois et maintenant Nuage d’Orage portait leurs petits. Les siens et ceux de Griffe Noire : de jeunes lynx qui ne pourraient être à ses yeux que les plus beaux du monde.

Soudain une ombre jaillit des fourrées. Nuage d’Orage se sentie projetée contre un amas de rochers. Assommée par le choc, elle n’était qu’à moitié consciente de ce qui se passait autour d’elle. Elle entendit Griffe Noire feuler avec colère, puis les échos d’un bref combat. La douleur de nouveau, puis elle ne perçut plus rien. Elle aperçut juste avant de sombrer la forme d’un animal étrange dont émanait une aura de ténèbres.

Son moment d’absence ne dura guère, le Soleil effleurait à peine à l’horizon. Pourtant déjà le noir se faisait. Nuage d’Orage se mit immédiatement en quête de son compagnon. Le lynx avait affronté l’être étrange et effrayant, elle l’avait bien comprit. Déesses, faites qu’il s’en soit sorti ! Malheureusement sa prière ne fut pas entendue.

Griffe Noire gisait sur le sol, inerte, baignant dans son propre sang.

Nuage d’Orage poussa un gémissement de douleur. Non ! Pas lui ! Cruel destin qui s’acharne toujours sur les mêmes êtres. Puis elle songea à ses futurs petits. Ils avaient perdu leur père avant même de naître, ne le connaîtraient jamais qu’à travers ce que leur en raconterait leur mère de lui. Griffe Noire . . . Il voulait avant tout que sa famille soit heureuse. Nuage d’Orage le savait. Pourtant, quelque chose la poussait à tenter de retrouver celui qui avait tué Griffe Noire et venger son compagnon, du moins essayer, quitte à tout perdre. Alors elle partit.

Son chemin allait la mener sur le territoire de la panthère qui un jour lui avait par erreur infligé ses cicatrices et brisé un de ses crocs : Griffe d’Argent.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site